Jour 46, Il manque pas un pays ?


Carnet de voyage... / mercredi, mai 16th, 2018
Vous aimez ? Partagez.

Roumanie
Pas la joie au réveil, c’est la pluie, bien serrée et bien noire, et le couvercle est sur la marmite, comme on dit parfois…
J’ai moyennement envie de prendre la route de l’aller, plus courte, certes, mais avec de la route de village et un état très moyen. Cela va par beau temps, mais on en est loin ce matin, les cousins.

Petit-déjeunons, on verra bien après. Bâ c’est tout vu, faut y aller sous l’averse. Je regarde la solution autoroute qui passe par Budapest et fait presque 200 kms de plus. La vignette hongroise n’est pas chère, c’est décidé.

Première étape sous marine, 135 km d’averse, 14,5°C environ. Le matériel tient, les deux paires de gants y passent, si ça continue, je remettrai des gants mouillés…

Hongrie
Douane passée sans problème, mode chien mouillé, avec la carte d’identité française, nickel.

Enfin quand je disais le matériel tient, je me comprenais, car dans l’affaire, je perds un accessoire de poids, mon smartphone durci IP-68 Blackview, qui finalement prend l’eau comme tout un chacun, par les prises d’alimentation sans doute. Il ne s’éteint même pas, il affiche son logo en boucle et en clignotant. Pour le GPS, ce n’est pas grave, puisque j’ai mon TomTom monde entier, et que l’on est maintenant dans la partie du monde qui existe selon TomTom.
Le plus embêtant, c’est les mails en mobile et la recherche d’hôtels, et le téléphone…

Autoroute quand tu nous tiens, c’est à rallonge mais ça roule bien, sauf quand il y a une réduction à une voie, ça bouchonne. Je fais de l’interfile et je m’en sors pas mal. Pause dans une sorte de mix entre kébab, supérette et cafétéria.

ILS ONT DU COCA ZÉROOOO™ ! Nan mais t’arrêtes, c’est la caféine ou quoi ?

Bon, je me renseigne, et la bonne nouvelle, c’est qu’en Hongrie, en plus du Coca Zéro®, il y a du wifi partout, et je pourrais donc me connecter pour repêcher l’adresse de la chambre d’hôtes à Graz (5€ la nuit, c’est toujours ça d’économisé pour mettre dans la machine à laver, bâ oui je pense au retour, quoi…)
Problème, je n’ai pas de monnaie locale, donc pour aller aux pipi-room, il faut payer 50 Ft… Le monsieur pipi ne prend pas la carte, il n’a pas de terminal et pas d’humour… Bâ ce sera à l’ancienne le long de la bretelle… De l’autoroute, pas du pantalon !

Le beau temps n’est pas vraiment établi, la pluie fait quelques tentatives, mais par deux fois, je gaaze ! et j’évite les grains, cap au sud-ouest…

Autriche
Enfin voici la frontière avec l’Autriche, un peu par surprise en sortie de virage. C’est le poste frontière de Bucsu, deux uniformes discutent près de leur voiture, ils sont penchés sur quelque chose et ne se retournent même pas. Côté autrichien, un jeune douanier boutonneux, qui fait semblant de ne pas voir passer des gens…
Un petit trajet dans la campagne verdoyante et tout à coup, c’est la forêt et la montagne, puis Oberwart, à traverser.

Je m’arrête pour acheter la vignette autoroute autrichienne, quelques euros pour 10 jours, mais qui ne dispense pas de payer les routes et cols concédés à des sociétés privées. La station est à la sortie de la ville, une zone en plein réaménagement avec McDo et tout le toutim. Là je rencontre Thomas, dit Dodo, qui vient de faire 600 bornes viroleuses en Croatie et rentre chez lui, fatigué. Je lui demande s’il a booking.com sur son smartphone, bingo ! En un rien de temps j’ai l’adresse de la maison d’hôtes à Graz…

Et son mail pour le remercier en lui envoyant des photos de l’Iran. Tomtom connaît la rue, heureux Autrichiens qui habitent ce monde entier au sens US.

En fait j’ai la maison pour moi tout seul, car personne n’a réservé.
Je peux enfin me connecter et chercher des indices sur la panne de mon Blackview… Hé bien non, rien de probant, je procède à un séchage, sur le décodeur satellite de la télé, le point le plus chaud de la maison. Le temps d’aller au resto à pied, le logo clignotant a disparu, mais pas de démarrage pour autant… Demain est un autre jour.

En passant, je n’ai pas dormi en Hongrie, tout comme à l’aller. Quelques pleins, un sandwich, un Coca Zérooo ! Bâ c’est pas moi qui vais redresser l’économie de la fachocratie d’Orban.

Carnet de voyage complet.

4 réponses à « Jour 46, Il manque pas un pays ? »

  1. Un grand bravo Philippe pour la performance ! Un grand merci aussi pour la qualité du partage. Bonne fin de voyage ! Le rdv quotidien va me manquer.

  2. Coucou
    La fin du voyage
    Sous la pluie
    C est sur qu il fallait reprendre les
    Bonnes marques avant d arriver
    En franche comté où il pleut toujours
    Après un petit aperçu de l été
    Enfin question d habitude !!!
    Je pense que c est l avant dernière
    Page de ton blog
    Ce fût jusqu à aujourd’hui une épopée partagée à distance
    Bientôt de visu en tout chapeau bas
    L ami bravo !!!!!
    Bonne rooute
    Biz
    Corinne et Jacky lalloz

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *