Jour 45, étape 700.


Carnet de voyage... / mardi, mai 15th, 2018
Vous aimez ? Partagez.

Bulgarie
Départ de Plovdiv vers 8h30, je me trouve au premier carrefour un café où je peux prendre des sortes de gâteaux et un café rallongé… Fini le thé, ce n’est plus l’Asie, ici.

La route est toute droite dans une plaine super plate, sous le soleil. Quelques cigognes, quelques vanneaux, impossible de savoir si ce sont des zones agricoles ou un delta humide. Le ciel devient très vite gris et bas, on devine des montagnes à droite et à gauche, mais difficilement.
À mi-chemin de Sofia, la route commence à grimper, et le relief aidant, le soleil perce. On atteint vite un premier col et tout de suite après, dans la descente en pente douce, la route est bordée de bosquets de jeunes frênes tout en fleurs, ça embaume.

En arrivant en vue de Sofia, la plaine est en cultures ou en usines, le paysage change, c’est de suite beaucoup moins bucolique. Je prends la direction de Vidin, qui est déjà indiquée (dans les deux alphabets). En bulgare, ça donne quelque chose qui ressemble à BNANH. Vidin est sur le Danube, fleuve frontière en maints endroits, et là, on peut le traverser sur un grand pont suspendu pour passer en Roumanie.

En arrivant à quelques kilomètres de Sofia, c’est presque un demi tour pour prendre la direction de la montagne et de Vidin. Quand ça repart dans la montagne, cette fois, ce n’est plus de la 4 voies, mais de la route normale, pas plus large que ça, avec un trafic de camions très dense, ‘videmment c’est une route trans-frontalière. Il y a comme ça près de 250 km à se partager…

Une fois à Vidin, le passage du Danube, puis la douane. Moins de 15 minutes, et me voilà en Roumanie.

Roumanie
La route remonte maintenant la rive gauche du Danube, pendant presque 100 kms, jusqu’à Ostrava.
Le fleuve est assez spectaculaire, cette partie de son cours est nommée les Portes de Fer (Portile de Fier) , défilé allant de 150 m à 2 km de large, sur 135 km.

Au niveau du gigantesque barrage/écluse/pont vers la Serbie, on arrive dans le grandiose, le surhumain. Pas besoin de soleil dans un tel paysage.

Ça tombe bien parce que maintenant, la route, il faudra la partager aussi avec la pluie. C’est assez difficile de rouler, la route est dans un état correct, mais il y a des pièges, genre ondulations dans les virages ou rainurages intempestifs. Sur le mouillé, j’y vais mollo, surtout que à 18000 km, mes Heidenau sont un peu usés tout de même. Mais cela tient, il faut juste parvenir à soutenir son attention. Je fais plusieurs pauses, les camions saluent, il faudra les redoubler sur la pointe des pieds, où en voltige si le sec revient ! (Mais non, je l’ai pas dit)

Aux alentours de midi, une pause sandwich, la pluie a cessé, mais dans la direction de la plaine, on voit de grosses masses sombres… On est bien en Roumanie, la légende veut que ce soit le pays des carrioles, c’est vrai on en voit, ce panneau n’est pas un élément de folklore.

Il y en a, et il faut prendre garde aux camions qui ralentissent, car bien souvent, ils vont doubler une carriole, mais derrière, on ne voit rien.

Celle-ci vient de traverser, c’est un modèle ancien, roues en bois, la plupart ont des roues à pneus.

Le répit a été court, les averses reprennent. Encore deux cents kilomètres de montagne, puis en plaine, cela se calme et l’arrivée à Timisoara, bien qu’en grisaille complète, se fait sur le sec.

L’hôtel où j’avais logé à l’aller il y a un mois et demi est complet, je vais dans celui d’à côté, tout en marbre, période Ceaucescu (sans ascenseur).

Pour le soir, je retrouve le restaurant Moticica où là, c’est côtelettes, frites et bière (Stella Artois). Le dessert est une sorte de papanasi, mais spécial Timisoara. C’est pour deux ? Nan.

Carnet de voyage complet.

Une réponse à « Jour 45, étape 700. »

  1. Hello Philippe !
    Je prends ce temps agréable de te lire 😊. Super ce récit du jour 45 ! Une grosse bonne étape. Je pars lire la suite…
    A tout bientôt
    Gilles

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *