Jour 31, huile, soufre et bled…


Carnet de voyage... / mardi, mai 1st, 2018
Vous aimez ? Partagez.

Iran
La mission du jour, trouver 4 litres d’une bonne huile de synthèse 10w40 pour faire la vidange de Bâbr-i Siyâh. Chose facile quand on a la bonne adresse, en l’occurrence celle de la rue des mékanik ! Adresse obtenue habilement la veille au soir dans un car-wash voisin de l’hôtel, bol monstre le laveur en chef parle anglais carwash courant et connais même Maps.me ! Une dame m’a même proposé de m’y emmener dans sa voiture, elle était charmante, mais j’ai décliné car c’était pour ce matin, pas pour hier soir.

Bref, j’arrive dans la rue, tout est fermé, sauf un samovar à l’entrée. Thé avec Arman (et sans Thierry) qui me dit «three minut’s». Il a une horloge dans la tête, et au temps dit, une tête sors d’une porte et un bras la suit pour actionner un rideau métallique.

C’est Djamal, le plus matinal, qui emporte le marché, moyen bonhomme (bâ oui, il n’est pas petit, pas grand) sympathique, dépositaire Castrol™, ce qui me va, je lui sors mon filtre à huile neuf que j’ai amené de France, il rigole, il a la référence ! Il me la montre écrite en arabe. On rigole tous les deux du coup. Bref, il estampille mon filtre SHIRZ (Shiraz) avant de le monter.



Djamal a 63 ans, comme moi, et pas de retraite à l’horizon…

La facture est de 1 million de rials (de 16 à 20 euros), sourire compris, et lessive, car j’avais dans le top case ma serviette de douche rangée pas sèche et qui fleurait bon le moisi… Je lui avais demandé WC pour wash, et il m’avait fourni de la lessive en poudre. J’ai ajouté 20% pour la lessive, du coup, j’ai eu en prime un petit spray pour désinfecter les mains.
Une vidange dans les règles de l’art, une bonne heure passée avec Djamal et ses clients, des selfies en pagaille…

Je repars avec le reste d’huile dans une bouteille plastique et je me glisse à travers la ville dans la direction de Busher.
Routes de plaines et par deux fois franchissement de chaînes de montagnes par des cols très bien dessinés. Il faut juste faire gaffe à certains virages que les nombreux camions ont transformés en montagnes russes. On ne peut pas prendre de l’angle partout. Je ne parle pas du comportement des conducteurs iraniens, vous comprendrez si vous venez dans ce merveilleux pays.

Au détour d’une entrée de vallée, un bas relief (islamisé ?) tout au bord de la route.

 

Quelque part à mi-chemin de Qaemiyeh, je m’aperçois que j’ai passé les 9999,9 kms depuis le départ, et que ça ne bouge plus… Je remets donc à zéro et je note la position GPS.

Après la pause melon (deux achetés, le troisième, beaucoup mieux choisi et succulent, offert) et watermellon de midi, je commence à ressentir la chaleur. La région de Busher est réputée chaude, et ma route la longe par le nord, certes, mais tout de même entre 30 et 37°C.

Bienvenue en Khousistan… Une idée du paysage.


Oh, une cigogne !
Panorama du Khousistan…

Après la ville de Ramhormoz, je me dirige vers Dacht-e Kuh, la montagne de feu. Je ne m’attendais pas à ça. Ce n’est pas immense en taille, mais sur une trentaine de mètres, la terre s’est transformée en cuisinière à gaz. Les flammes sont très nettes… H2S sulfure d’hydrogène, ou hydrogène sulfuré… On m’a toujours dit qu’il était inflammable, mais je ne l’avais jamais vu à l’oeuvre. Il a peut être un petit copain qui l’aide à s’enflammer spontanément, genre un phosphure d’hydrogène ou une trace d’acide fluorhydrique, va savoir ?

On sent une nette odeur de soufre, et la chaleur est forte, comme un bon gros feu de camp. La nuit, cela doit être impressionnant…

Mon guide pour la circonstance, Mohammad. Il pose avec sa 125 cc « Rapido », je lui ai donné de quoi en faire le plein pour un moment.

Grosse galère à Ramhormoz, le seul « motel » répertorié est un terrain plus que vague… Un taxi se renseigne et après trois  tentatives, ce bâtiment (un ancien lycée hôtelier ?) serait un hôtel… Pas de wifi, un client me passe son routeur jusqu’à minuit…

À demain, je dois le lui rendre…

Carnet de voyage complet.

3 réponses à « Jour 31, huile, soufre et bled… »

  1. coucou
    contents de t avoir vu
    nous avons passé une agréable journée
    après midi sous le soleil que commence à bien chauffée ici
    nous espèrons que tu te sens mieux ce soir
    prends soin de toi
    nous pensons toi et t envoyons pleins de pensées positives
    bonne soirée et bonne route pour la suite
    biz
    corinne et jacky

  2. Yo man ! Je suis toujours là pour suivre tes aventures. Je suis très pris par ma nouvelle fonction journalistique, mais je ne manque aucune de tes péripéties (enfin ca se passe pas trop mal, je vois !). J’espère que l’envie de rentrer en Franche Comté ne disparaitra pas de tes pensées et j’attends avec impatience ton retour. Nous irons manger des tomates ‘farsies’ ! Prends soin de toi !

  3. Manque les brochettes au feu de camps ou les chamallows 🙂

    Si Mam te souhaite un bon rétablissement, je fais de même sans savoir ce qui t’est arrivé.

    Porte toi bien et reviens nous entier c’est le principal 🙂

Répondre à BILLER S. Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *