Jour 20, highway, mirages et bumgardi…


Carnet de voyage... / samedi, avril 21st, 2018
Vous aimez ? Partagez.

Iran
Je quitte enfin l’hôtel Jolfa, à déconseiller si vous êtes à Esfahan, il me semble que cet hôtel utilise les services des taxis pour se faire une clientèle de passage… J’ai tout de même obtenu une substantielle remise, pour le principe du mauvais wifi (« panne générale dans la ville », je crois qu’ils connaissent maintenant l’expression française « mon œil » car j’ai dit avoir contacté Saeed à l’université à 23h00 et que lui n’avait pas de problème. Le manager a capitulé. Bâ ce n’est pas le sujet…
On the road again !
Esfahan à 8h30 un vendredi (soit l’équivalent du dimanche), c’est le paradis. En un rien de temps je longe deux ou trois jardins, quelques parcs et je suis dans les faubourgs, un peu moins classieux, je dois dire. Esfahan me semble être un centre industriel important, je vois des aciéries au loin, de grandes usines et des fumées, tout ça dispersé dans le désert. Le Persian Gulf Highway ( PGH) trace tout droit là au milieu. «Macadam à quatre voies, je pense souvent à toi, de quelque pays que tu sois, moi je pars à tes côtés…» Une petite ballade chantée par Yves Simon (tiens un Vosgien) dans les années 70…
Un peu plus loin, la chaleur monte et le vent du désert se fait sentir, je dois prendre un peu d’angle et faire gaffe aux camions qui font coupe-vent, en sortie de dépassement, vire au guindeau, matelot !
Je commence à être à court de carburant. En traversant un village après avoir vu un accident bien spectaculaire, je vois des camions arrêtés, pas de bol, il y avait simplement de la place et ils tapaient la discut’. Mais ma fidèle Bâbr-i Siyâh s’est bien vite chargée d’attirer les curieux et voilà un petit gars avec une vieille 405 qui me dit « Suivez-moi ». Il m’emmène à une station, celle de gauche, pas celle à droite qui est une station CNG (plus grande compagnie de carburants et autres joyeusetés pétrolières). Le plein en super, ‘videmment, le standard va aussi, mais bâ, j’ai l’impression que ça cliquète.
Pendant ce temps Mohammad s’est emparé de mon carnet et note dessus son tél, et sa guesthouse (historique, donc, une bumgardi) qui est à 500 mètres. Il m’invite à la visiter et à boire le thé.
C’est super, paumé au bout de trois petites rues emmurées, avec un grand portail et une cour pour ranger 15 motos.
C’est à Toudeshk, TakTaku Guesthouse, je conseille !
Mohammad est fier de sa guesthouse, à juste raison.
Béatrix, une jeune Française qui voyage avec son grand-père, c’est mieux que la fac, parait-il.
Les enfants d’un couple franco-germano-asiatique qui envisage de revenir en camping-car. Je leur raconte la Géorgie et l’Arménie, avec l’aspect routier, ce qui les intéresse vivement.
Mohammad appelle la bomgardi «Nartitee» à Taft, près de Yazd, qui est plus ou moins ma destination, et qui m’a été conseillée par Nastaran à la maison Safa (voir jour… Chais plus).
Il est possible qu’il soient full booking, mais ce n’est pas sûr. Re-carnet et Mohammad me note un hôtel traditionnel à Yazd, très calme et tranquille, avec parking.

Tout ça ne donne pas d’avance sur le planning, heureusement, je n’en ai pas.

Je reprends l’autoroute qui franchit un « col » pour arriver à Naein.
Une mosquée en briques, une citadelle en… Ruines, matériau de construction facile à trouver.
La citadelle devait être assez impressionnante aux temps de sa splendeur.
En suivant je ne sais plus quel indice, je me dirige dans le désert environnant pour trouver un « point de vue »… Tout étant tellement plat, j’ai un doute. Au point GPS indiqué, je trouve un village en pisé et bidons, et c’est tout…

L’ambiance est tellement Tatooine que ça plairait bien à Stéphane…

J’ai même l’impression d’être observé par… Un Jawa ?
Au retour vers Naein, je crois que j’ai trouvé le « point de vue ».

On the road again !
Je vois mes premiers mirages, un peu plus chauds que ceux de l’autoroute des vacances. Les montagnes sur ma droite semblent se transformer en îles mystérieuses et le désert en lac phosphorescent… En photo, cela ne donne pas grand chose, dommage, on voit juste des montagnes et du désert. Mais là, en roulant, l’impression est intense.
Il fait 31°C mais mon équipement ventilé Goretex™ est au poil… de chameau, mais juste quand on roule, après, le textile technologique a ses limites… Mais ça va.
Ho, c’est quoi là ? Bâ je vais aller voir. C’est à gauche alors je traverse le PGH en totalité, bretelles à contresens, parkings, etc. et je vois mon premier caravansérail comme dans « les mille et une nuits »… Bâ Schéhérazade est remplacée par deux petits vieux à la Muppets (trop dommage, j’ai pas osé les photographier) et un car de Français (ils sont partout).
Vue satellite et vue de la cour depuis la tour de veille de l’est.
À côté il y a un autre caravansérail, d’un style différent, mais en plus mauvais état. Il est flanqué d’un jardin de simples, des herbes aromatiques, dont plusieurs, je pense, doivent faire rire.
Vue de l’extérieur. Dommage, on ne voit pas les petits vieux. Après le départ des Français, j’ai bien tenté de discuter avec eux, mais Bast ! Comme l’un d’entre eux avait des billets dans les mains, je leur ai donné ma « monnaie », ça devait faire tripette, trois piécettes et 15000 rials, mais ça leur a plu, et à grand renfort de gestes, me voici, en mode «mh mmh, oh, ha !» gratifié d’un discours érudit sur l’édifice. Ils ne sont pas dupes et on se marre tous les trois comme des baleines. «Mamnoûn, roda hafez !» Je prends congé des deux Muppetts. Un grand moment. En fait maintenant que j’y repense, ils sont restés assis tout du long, pile exactement comme… Nâân ? Bâ trop tard, je suis déjà parti retraverser le PGH.

Suite dans l’article « Jour 20 épisode 2″… Là ça va être sieste et visite d’un moulin à eau, si le soleil se calme.

Carnet de voyage complet.

5 réponses à « Jour 20, highway, mirages et bumgardi… »

  1. On découvre au fur et à mesure ces pays mais aussi ton humour !
    Heureusement tu n’as pas croisé Jabba le Hutt , valait mieux les 2 Muppets !
    Merci de prendre du temps pour tous ces partages.

  2. J’ai un peu de lecture en retard…ton récit est génial Philippe et ton sourire sur les photos en dit long sur le plaisir que tu sembles avoir durant ce voyage. Bonne continuation ! Bises

  3. Lulut Fifi, ouais tu ne t’es pas trompé, Steph tout content ! 😀
    Quand on regarde bien, c’est vraiment un tout autre monde sur la même planète.
    Ouaip, tu as bien raison au sujet de la taille de la citadelle délabrée. C’est dommage de les voir récupérer les pierres, mais bon le désert ça use, elle était certainement en sale état bien avant qu’un gars en prenne une. Ce devait être un site magnifique, visible de loin aux premiers jours de son existence….
    Heureusement que j’suis pas avec toi, sinon j serai encore à faire des grillades de vers des sables fraichement chassés avec les herbes des dunes… et les sympathiques Muppets ! 🙂

    Beaux clichés, mais ça commence à faire redondant comme compliment, vivement la suite, j’file consulter tout ça!
    @++ FiFi 🙂

Répondre à BILLER S. Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *