Jour 9, étape courte.


Carnet de voyage... / lundi, avril 9th, 2018
Vous aimez ? Partagez.

Arménie
Météo mitigée ce matin, ciel partiellement couvert, sommets bouchés, température 10°C, pas de vent, mais air sec ce qui est encourageant.
Je trouve un bureau de change à Stepanavan et je me débarrasse de mes Laris géorgiens contre une quantité non négligeable de Drams (qui vaut environ 1/600ème d’Euro). Ensuite je petit déjeune d’une pomme accompagnée de churchkhela et d’un reste de coca zéro… J’en profite aussi pour changer la microSD de la Gopro, et la nouvelle a l’air de mieux marcher. Pas de bol, j’ai oublié de nettoyer l’objectif et il y a une grosse tache floue genre TF1 juste dans le champ gauche…
Bon, on n’est pas là pour faire de la télé, mais pour rouler.
Je traverse la campagne et j’arrive sur la ville de Vanadzor, assez grande, très post-soviétique…

On comprend que les réfugiés arméniens de France n’aient pas trop envie d’y retourner, et fassent tout pour éviter d’être expulsés.
L’état des routes est catastrophique par endroit, mais à d’autres c’est potable. Le problème, c’est qu’on ne sait jamais quand… Alors, bin, à Rome, fais comme les Romains.

Il y a de jolies baignoires !

Le tuyau ? Ha bin renseignement pris, ces omniprésents spaghettis qui sont partout, dans les villes, dans les villages, dans les champs, au bord des routes, dans la montagne, hé bien c’est le gaz ! «Russkié gaz !» me confie Georges d’un air désabusé…
Georges est le propriétaire de la guesthouse où je vais loger, deux mots d’anglais, à force, mais pas plus… Toute la famille est sympa et aux petits soins avec le vieux motard… Voici une vue de la maison avec ma chambre, au premier. on me demande ma lessive, par gestes, et on prend tous ensemble le thé, avec cornichons maisons, boulgour, fromage émietté, des sortes de crêpes pour se servir.

Je n’ai pas de drone, je suis grimpé sur ce truc, juste à côté, un point de vue imprenable !

 
Après ce copieux… disons thé, je suis parti faire un tour à pied, rencontré quelques voisins, visiter un cimetière, faire une sieste, aller laver la Tiger qui en avait bien besoin…
Premier accroc, j’ai perdu 20 cm du protège chaîne, sans doute en talonnant hier (j’ai pas vraiment eu l’impression de le faire, mais vu la cassure, j’ai engagé un débattement arrière de plus de 180 mm sur les 215 permis, je crois). Bast ! c’est la vie.



David, le manager de la guesthouse, arrive alors avec ses enfants, les garçons filent jouer au foot, mais la fille veut monter sur la moto. David s’exécute, mais n’est pas vraiment rassuré…
Après ça, encore thé (pour moi, sinon c’est café, mais il est un peu fort…) assorti de pommes de terre bouillies, cornichons, fromage émietté…

On discute de l’itinéraire sur carte, la descente sur Meghri parait faisable dans la journée, ce sera pour mercredi. Je compte partir tôt, environ 8h après le breakfast (il est copieux dans ces régions, à ce que j’ai constaté).

J’améliore mon arménien, je sais dire poisson, et même l’écrire. : 2Ut4 (il faut retourner le U) et ça se prononce « zoug ».

En attendant, ce sera repas en famille ce soir… Et peut être soirée télé ?
Nan, je déconne. Ceux qui trouvent Arte ch… ennuyeux n’ont jamais vu la Armenian TV.

Carnet de voyage complet.

3 réponses à « Jour 9, étape courte. »

  1. Bonjour Fifi,
    Լավ է մի փոքր հանգստանալ, տեսնում եմ, որ հայի ողջունելի է: Ես ունեմ մեծ թթուների պատկեր: բայց ճշմարիտ է, որ բնակավայրը չի վաճառում երազանքները:
    Լոգարանները տպավորիչ են, զգոնությունը պետք է լինի:
    Հաջողություն:

    Lav e mi p’vok’r hangstanal, tesnum yem, vor hayi voghjuneli e: Yes unem mets t’t’uneri patker: bayts’ chshmarit e, vor bnakavayry ch’i vacharrum yerazank’nery:
    Logarannery tpavorich’ yen, zgonut’yuny petk’ e lini:
    Hajoghut’yun
    J’adore Arte ! 😉

Répondre à Denis Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *