Jour 6, la traversée du désert…


Carnet de voyage... / vendredi, avril 6th, 2018
Vous aimez ? Partagez.

Turquie

Bâ oui, traverser la Turquie d’ouest en est (et un peu de nord), de Bolu à Samsun, c’est long, c’est long… et quand je voyais ça :
je me demandais ce que je faisais là…

Et Allez on en remet une couche… Je vous l’ai faite courte, parce que le premier panneau Samsun (oui, sans le « g », mon Gégé) indiquait 410 km. Il était le bienvenu, car Ankara à répétition, c’était pénible, du moins le croyais-je.

Mais comme vous pouvez le constater, le Fifi reste serein !
Quand t’es dans le désert, depuis trop longtemps, la la laaa la !

Bref, le paysage est beau, mais moyen, et très très pollué, en 3000 kms de routes à camions, j’ai vu plus de 1000 fois le nombre de bouteilles plastiques que je vais recycler dans toute ma vie… Et ce n’est que la partie visible, car ici tout se brûle, plastiques, pneus, etc. (sûrement) sans la moindre précaution, on le sent bien mieux quand on est motard.

Re-bref, je suis là pour rouler, alors je continue, et par hasard, on peut inventer un petit jeu : Qu’est-ce qui est de plusieurs couleurs, qui roule (ou pas, et dans ce cas sert de poulailler) comme taxi, engin agricole, voire comme limousine ? La réponse en images (sur une vidéo de 8 minutes, ok ?) :

Hé oui, c’est notre Renault 12, break (blanche, nommée Toros) ou berline (plus colorée) !

Vous reprendrez bien un peu de désert ?
Mais parfois tout de même, il faut franchir des montagnes, suivre des gorges, parcourir des vallées verdoyantes, et tomber au débotté sur des trucs qui volent, tiens un couple de vautours, pas pu identifier l’espèce, moine ou fauve ? Et puis tiens, virage en village, sur un poteau électrique (comment elles font pour les fils ?) un nid de cigognes avec deux adultes et un petit qui tend son bec, et puis tiens deux femmes en train de piocher dans une prairie bien verte et haute, suivies de près par une autre cigogne.

Bin nan, pas de photos, j’ai dit que c’était au débotté ? bin ça veut dire par surprise.

Autre surprise, parc avec point d’eau, je rencontre Ogun qui vend du thé tiré de ses samovars. On joue tous deux les Bernardo un moment, puis il comprend que je veux boire du thé (Bâ c’est un peu pour lui faire plaisir, car ce n’est pas ma… Bâ vous avez compris.) Il a un peu de mal avec l’appareil photo, il me rappelle quelqu’un…

Autre surprise, un nouveau F-104 en guise de décoration à Osmancik.

Autre surprise, un arrêt traffik polisi, bon, je me dis, ça y est, j’échappe pas au truc turc, ma légendaire intangibilité infractionnelle va mourir en Turquie. Bâ non, finalement, une fois que le talkie du jeune policier (qui a une GS 1200 en passant) a sorti mon nom (sans accent, les Teutons et les Ottomans ont été bien copains fut un temps, ça a laissé des traces…), j’ai pu y aller avec un grand « bonne route ».

Je finis par arriver à Samsun (oui, sans le…) et là, déception, je ne vois pas encore la mer Noire, l’autoroute otoyolu contourne la ville et quand on arrive au bord de mer, on est trop bas. Je me faufile dans une zone de chantier et en chantier, et entre deux tas de terre, je vois les vagues encombrées de… La même chose qu’au bord des routes. Bref. Cap sur la ville suivante, Ordu, tellement en bordel à cause d’une énorme manif (visiblement pro-régime, vu l’attitude des forces de l’ordre) que je ne parviens pas à rejoindre l’hôtel prévu hier… Deux petits tours d’entraînement dans les rues encombrées et je trace le long du bord de mer pour trouver un hôtel jolibeau à Piraziz.

Douche, article, dodo.

Demain, qui sait ? La Géorgie ?

Carnet de voyage complet.

5 réponses à « Jour 6, la traversée du désert… »

  1. Coucou
    Long périple aujourd’hui
    Tu dois être bien crevé
    Tu m envoies une belle photo et je te fais une toile
    On pense à toi
    Corinne et Jacky lalloz

  2. Toujours le même plaisir à te lire.
    Nous avons quitté le Castanet ce matin et retrouvé Fremi. La nature est printanière et le thermomètre a affiché 22 degrés.
    As-tu goûté le café turc ?
    Bonne continuation.
    Denis et Jacqueline.

  3. Lockheed, les starfighters…. et toi… J’comprend mieux pourquoi t’es comme aimanté par les F104! Ca coule de source, un troisième sur ta route et y aura plus de doute Luke, t’es sur la voie 😀
    Le pittoresque contraste émis entre ton sépia » des R12 autochtones et « modernité » affichée par le TIE SuperAdvanced ( de l’empire bien entendu ) qui s’est présenté inopinément pour te souhaiter le bonjour, m ‘épate…. Le panorama…
    Ca me rappelle vaguement Tatooine en un peu plus vert sous le règne de Palpatine ou kekchose comme ça voire pire.
    A l’arrêt pipi/Thé chez l habitant on sent poindre la fatigue sur ton visage, ça a dû être épuisant cette traversée. J’espère que la nuit a l hôtel t’as remis en selle.
    Vivement ce soir la Géorgie, bonne route SkyWalker! 🙂

  4. bon ben c est le castanet…on te suit sur ta route.la barbe tu comptes la laisser pousser?
    ça va faire très local en orient!
    bonne route
    bravo c est gonflé qd même!

Répondre à Denis Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *