Jour quatre…


Carnet de voyage... / mercredi, avril 4th, 2018
Vous aimez ? Partagez.

Houa bin aujourd’hui ça fait deux articles.

Bulgarie
Départ au chant des oiseaux et aux galopades des écureuils sur le toit du bungalow (toit mince car le signal GPS le traverse !), traversée de ville avant le petit déj’ (trop tard, ils sont tous en route pour le boulot, c’est que ça bosse un Bulgare !), et direction l’autoroute vers l’est (et le soleil de face) en évitant les trous et bosses. Quand le trajet pique un peu au sud vers la Turquie, ho miracle, le revêtement devient parfait. Petit déj’ au bord de l’autoroute, deux pommes et beignets gras douteux (avec mon petit cachet, ça passe tout seul, merci docteur !) arrosés d’un café pas gras, mais douteux aussi… Le prochaine fois je cherche un… Fast p’tit déj’.
Je suis le cours de la Maritsa, tranquille, elle serpente dans sa large vallée et moi je chantonne, la Maritsa, c’est ma rivière, comme la Seine est la tienne, mais il n’y a que mon père, maintenant qui s’en souvienne… Quelquefois.
Il y a bien des choses dans cette chanson, l’enfance, l’exil, la famille, les racines… La mémoire, ça vaut tous les mp3 du monde…

Turquie
Arrivée à la frontière tout d’un coup, ha zut, j’ai un peu rêvé, j’arrive en Turquie, ce n’est plus la Communauté Européenne, nouvelles règles, nouveaux uniformes, et déjà, plus personne dehors, il faut s’adresser à un guichet. Fini les «ha bin les papiers de la moto sont sous la selle, faut défaire le sac…» -Bâ tant pis» disait en bulgare le douanier roumain ou hongrois en faisant le tour et en  notant la plaque sur un bout de papier, bâ non, la douanière turque, elle, veut les papiers…

À ce moment là, la carte d’identité passe, mais mon visa iranien sur le passeport, vu les conseils reçus, me fait garder ce dernier au chaud. Bast ! au troisième guichet, soupe à la grimace, «Passaporto !» sinon tu passes pas, toto. Bon, je sors le maroquin, m’attendant aux questions, mais non, la troisième casquette tamponne mochement une page au hasard, et hop, passez muscade, direction le contrôle des bagages. Là, je sens l’embrouille, mais non, le gars doit gérer trois files et bon, j’ouvre la valise droite, et ça lui suffit. Quatre guichets, files d’attente à chacun, bâ ça nous fait gentiment presque une heure tout ça…
  

Tout de suite, l’impression qui domine est vraiment celle d’un pays tout juste en développement, très différent de ceux des Balkans que je viens de traverser, Roumanie incluse. En zone rurale, carrioles à chevaux quasiment omniprésentes, cultures très rares, troupeaux qui divaguent, presque pas de mécanisation, pulvérisations à la main sans équipements, très peu des personnes rencontrées qui saisissent le premier mot d’anglais… En zone urbaine, bâ j’ai surtout regardé la circulation, mais déjà, la présence de militaires (pas seulement de Jendarma)  et d’engins de police anti-émeute un peu partout fait bizarre… Bon, je suis là pour rouler, alors direction le sud par la rive ouest du détroit des Dardanelles, pour prendre le bac à Kilitbahir et rejoindre Çanakkale, vraiment en Asie, cette fois.

Bâbr-e Siyâh n’a pas eu le mal de mer, Fifi non plus.
    
Après une traversée courte et un débarquement sans histoire, j’ai pris la direction du site archéologique de Troie, mais je suis arrivé trop tard, le guichet fermait. J’ai rejoint la pension Troia et me suis installé pour rédiger ces petits textes.

Demain matin, visite des ruines mythiques de Troie avant l’invasion des bus chinois remplis de Chinois et ensuite, cap sur le plus loin possible, ultima Batoumi.

Carnet de voyage complet.

2 réponses à « Jour quatre… »

  1. Salut Philippe,
    Ce soir, je suis avec tes deux sœurs et Jean pour découvrir le périple de ta journée ( nous avons quitté Sant Feliu ce matin et faisons étape au Castanet). Nous savourons tous les détails !
    Bonne continuation en Asie !
    Denis

  2. Ah ouais, prends des photos du site! 🙂
    Vivement des images de Baalbek et de sa femme enceinte, par ailleurs je viens d ‘apprendre, qu’en Sibérie, sur le mont Shoria dans l’oblast de Kemerovo, il y a 2 ans, ils ont découvert un nouveau site très incompréhensible, ergo des pierres taillées de plus de 3000 tonnes de granit (ouais ouais 3000 tonnes voire 4000!)… Empilées à plus de 40 mètres du sol sur une montagne déjà haute, le tout formant une construction cyclopéenne à peine croyable (les archéologues émettent l’hypothèse d’une construction a but énergétique)…. Mais bon l’homme moderne a tout inventé (à l’instar de la stupidité profonde qui l’habite) et 40000 ans plus tôt nos ancêtres n’étaient rien de plus que des animaux en pagne paraît il, donc officiellement ce sont des conneries. Troie est très vieille et apparemment bien plus qu’on ne le laisse sous-entendre, le déluge* l’ayant en partie balayée ainsi que les guerres, mais toujours reconstruite. Profite pour glaner un max d’infos intéressantes. Tiens une autre grande nouvelle …. La formation rocheuse de 30 km de long appelée le pont d’Adam qui relie le Srilanka a l’Inde (Donc 30 km de bras de mer coupé en 2) est en fait un vrai pont o.0 fait on ne sait quand pour on ne sait quoi, à la base c’est le pont de Rama un dieu/homme décrit dans les mythes indous. Passage a Google earth et carottage en 6 points prouvent que cet édifice est artificiel comme par hasard.
    Je te raconte tout ça pour que tu fasses un détour à Baalbek et y voir de tes propres yeux une des faces cachées de l’humanité. J ai ouïe dire que le mode de construction de la base (fondations) de Baalbek est en tout point identique à celle de Jérusalem (sous le premier temple de Salomon donc la partie datée la plus ancienne et de facto plus vieille que le dit temple reconstruit plusieurs fois). Les seuls édifices actuels correspondant aux critères de ces 2 bases sont les pas de tir pour fusée modernes*. Ouvre bien les yeux car tu pourrais marcher sur « un pas de tir antédiluvien « . Trouve la femme enceinte sur le site et marche dessus, dis toi que ce n’est qu’une brique de construction de plus de 1,5 tonnes…. et regarde au loin une de ces briques déjà placée a plus de 40 mètres du sol sur des piliers de soutien! (temple d’Apolon). Stp trouve des traces de haute technologie (pour la construction) et ramène nous des photos. par contre prend des aspirines, tu risques de te sentir petit et pris pour une truffe dans tes acquis scolaires… à en chopper la nausée X).
    Ton voyage, pour d’autres, serait le voyage de toute une vie à qui sait fouiller et déduire 😀
    Le mont Ararat (et ses environs) en Turquie est une autre mine d’or…. Gobekli Tepe ou la colline au nombril. Google tout ça, ça vaut le détour!
    Allez à bientôt pour la suite de ton périple! On te suit à la trace, laisse des cailloux sur la route Mr Poucet 🙂

Répondre à BILLER Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *