Etape… Ch’ais plus du jour 3 (suite)…


Carnet de voyage... / mercredi, avril 4th, 2018
Vous aimez ? Partagez.

Très bon WiFi ici en Turquie, à la Troya penzion, donc je reviens sur le trajet Timisoara-Plovdiv…

Roumanie
Alors, le départ de Timisoara prévu aux aurores est retardé pour panne d’eau chaude, donc arrangement en allant dans une autre chambre (souvenir d’Autun, hé hé hé, hein Didou ?), puis autoroute de plaine vers l’est, donc face au soleil, même retardé, pas trop simple… Mais bon, c’est plat, c’est droit. Sur la droite, des montagnes, avec un peu de neige dans la moitié supérieure.

C’est là que je vais, heureusement, l’homme est malin, il a fait des routes qui se faufilent par les points les plus bas, et on appelle ça des cols. Bin celui de Carancebes (avec une cédille sous le esse), les camions l’ont repéré, et aujourd’hui, ils roulent, ça change la donne.
Bref, on joue à cache-cache, et les parties les plus « motardes » sont bien sûr les plus encombrées, dommage. Après une montée et une descente du même tonneau (j’ai même pas vu le col en fait, juste une croix et un tas de neige sale, il me semble), on arrive à Orsova (avec une cédille sous le… Je l’ai déjà dit ? Ha bon.) et là, c’est le choc.

Orsova (avec une…) est un presque port de mer, avec grues géantes, chantiers navals et tout le toutim. Tout ça sur le Danube, que j’avais côtoyé le premier jour en Allemagne, pas plus gros que l’Allan à Montbéliard, et le voici fleuve, lac, mer, que sais-je ? Où est-il passé pour me rattraper ici ? C’est énorme et surprenant. Sur l’autre rive, c’est la Serbie, où je n’irais pas. Je longe donc vers le sud ce père des fleuves, qui garde sa majesté malgré sa quasi-captivité industrielle. Après un moment, il part méandrer vers l’ouest, alors je coupe à travers les collines pour le retrouver à Calafat et le traverser sur le pont frontière qui mène à Vidin en Bulgarie.

Bulgarie
Pause casse-croûte sur les bords d’un genre de canal-affluent, j’entame avec un bout de pain de sandwich le fromage de Benoît, très bon ! Vive la brebis basque ! Je suis sûr que les fourmis bulgares vont trouver ses croûtes à leur goût. Attention, je n’ai laissé que du bio sur place, et aussi contribué à ma façon au père des fleuves…

Il y a de nouveau des montagnes, mais cette fois bulgares. Direction Montana, puis Vratsa (routes à routiers et à dames court-vêtues adeptes d’ Aristote), pour celles et ceux qui n’ont pas décodé, des péripatéticiennes ! Puis c’est la plaine à proximité de Sofia la capitale (non, ce n’est pas le nom de l’une des dames précitées), un petit virage à 180° (fait chaud) pour rejoindre la Maritsa (rivière célèbre dans la chanson de variété française) qui serpentera jusqu’à Plovdiv (voir hier) et le motel Bates (oui bon je sais, mais j’ai pas osé prendre la photo, quand même. À savoir, les différences : la maman momifiée est toujours vivante et la douche n’a pas de rideau.)

Amis motards, notez que les routes bulgares, c’est du lourd côté puzzle, et on voit bien que les poules, voire d’autres volatiles plus gros, les traversent souvent, car elles y nichent. Heureusement, les autorités bulgares ne sont pas tombées dans le panneau, car il n’y en a pas.
Autre remarque, dans la partie montagne, il y a partout une couche de poussière/sable très fine et glissante, accumulée en ornières au mauvais endroits, ‘videmment.

Au final, un pays attachant, pittoresque, trop vite traversé, mais bon, c’était le but et tant mieux.

Ad’main !

Carnet de voyage complet.

2 réponses à « Etape… Ch’ais plus du jour 3 (suite)… »

  1. Belle aventure, tu nous fais rêver !! Hâte que tu reviennes pour nous inonder de photos et de tes commentaires si vivants. Bonne route et reste prudent.
    Bises de JC et de moi aussi ;).

Répondre à christiane PERNEY Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *